sommaire


La méditation, une hygiène psychique

Médecine et méditation ont la même racine, « med », qui signifie « s'occuper de ». La méditation cherche à éveiller le bonheur intérieur car si celui-ci fait défaut, la maladie se développe plus facilement, souligne Jacques Vigne. Psychiatre de formation, il vit en Inde depuis plusieurs décennies, s’employant à bâtir un pont entre les savoirs traditionnels de l’Orient et ceux, scientifiques, de l’Occident. Passionné par les spiritualités du monde, il suit de près les recherches neurologiques, en particulier celles qui concernent les thérapies « cognito-comportementales ».

La douleur s’attache plutôt aux maux physiques. La souffrance est tout ce que l’on rajoute autour de la douleur. Grâce à la méditation, on peut décortiquer l’oignon de la souffrance pour arriver au centre, qui est la douleur. À ce moment-là, on s’aperçoit que la douleur peut ne représenter que 10 à 20 % de nos maux. On observe en méditation qu’il y a une gangue de tensions autour d’une douleur physique. Si l’on défait cette gangue de tension, les souffrances se trouvent nettement réduites...