sommaire


Aborder l’expérience là où elle se déroule...
Entretien avec Martin Aylward

Dans l’imaginaire de ceux et celles qui suivent une voie spirituelle l’éveil est souvent attribué à une élite, celle de maîtres réalisés. Mais dans votre enseignement, vous avez le souci d’intégrer l’éveil à la vie quotidienne. Vous nous dites que, par la pratique, l’éveil est accessible à chacun d’entre nous…

C’est vrai. Et c’est pour cette raison que je n’aime pas trop parler « auto-biographiquement », car mon chemin est passé par de grands clichés spirituels. Je suis parti dans l’Himalaya, j’ai vécu dans des ermitages… Les gens peuvent se fabriquer des idées et croire que ce chemin est le vrai chemin spirituel. Non ! Un vrai chemin spirituel consiste à aborder l’expérience là où elle se déroule, avec sincérité, et la volonté d’accueillir et d’explorer ce qui est. Par cet engagement, cet accueil et cette sincérité, l’éveil est inévitable. L’éveil est notre propre nature.


D’origine anglaise, Martin Aylward guide la pratique du Dharma au Moulin de Chaves, le centre spirituel qu’il a fondé avec son épouse Gail, et anime des retraites de méditation dans différents pays. Son enseignement, qui puise dans la tradition du bouddhisme Theravada et s’inspire aussi de l’approche de la non-dualité, est adapté à la culture occidentale. Il insiste sur le fait que la pratique de la méditation et l’acquisition des outils d’investigation intérieure ne suffisent pas. Elles doivent s’accompagner au quotidien de l’exercice de l’attention, avec la volonté d’accueillir et d’explorer avec sincérité ce qui est.