sommaire


Nos chères illusions !
Entretien avec Joshin Bachoux Sensei

Il y a plusieurs façons d’être dans l’illusion. Le Bouddha nous enseigne que nous sommes dans l’illusion du moi, de la séparation, dans l’illusion d’une vie qui aurait un début et une fin. C’est ce que le bouddhisme appelle l’ignorance, l’un des Trois Poisons. Nous vivons tous dans cette ignorance, dans une emprise plus ou moins grande. Ensuite, il y a l’illusion sur soi-même. On peut imaginer être plus avancé sur le chemin spirituel qu’on ne l’est en réalité ou, au contraire, minimiser son développement, ne pas se sentir « à la hauteur », « trop petit ». C’est pourquoi la présence d’un enseignant est importante. L’enseignant va nous aider à ne pas nous perdre dans les illusions, qui sont la source de la souffrance.

Nonne bouddhiste, Joshin Luce Bachoux a a été ordonnée en 1986 et a reçu le Sceau de la Transmission en 1990 des mains de Maître Moriyama après plusieurs années passées auprès de lui à Zuigakuin, temple de montagne au Japon. À sa demande, elle a fondé en Ardèche La Demeure sans Limites, un monastère dans la tradition de l’école Soto Zen. Elle nous entretient ici des illusions selon l’approche du bouddhisme zen, de la façon dont nous pouvons accepter que nous en sommes victimes, de ce qui permet qu’elles se dissipent. Et du rôle de l’enseignant et de celui de la vie communautaire dans ce processus.