sommaire


De l’instinct guerrier à l’art chevaleresque
par Marie-Dominique Tronchon

...Pourquoi se battre, me dis je ?
Es-tu de ceux dont le cœur pur ne réagit plus lorsque ton petit moi est tenu en garde par le glaive, ou bien gardes-tu en mémoire ce petit aiguillon qui, au moindre rappel de lui-même, te retourne comme le serpent qui te mord et t’enflamme comme un feu de la Saint-Jean ?
Tout commençait par un jeu mais, cependant, glissait subrepticement vers une tension lourde et pesante. Un coup puis l’autre, d’une danse évoluant vers des assauts en spirale non maîtrisée. L’aiguillon pénétrait dans ces corps tendres « non préparés, non purifiés ».
Cet épisode, gravé dans ma mémoire, très signifiant de l’enseignement d’Aurore, eut pour opérativité d’entrer, sans tricher, vers la conscience de qui nous sommes en vérité.  Sans discours, sans arguties, le corps nous enseigne. Et là, il me renseignait sur mon âme, âme sensible, âme irascible.
As-tu le courage, la virtus du chevalier, hic et nunc ?
Non, dus-je m’avouer. Quel piètre chevalier je faisais, lorsqu’au moindre coup le glaive transperçait mon cœur. Je voyais là, en si peu, une riche vérité sur moi-même...


Diplômée en ostéopathie et en médecine Psychosomatique, Marie-Dominique "prête" ses mains et ses oreilles pour que chacun puisse s’éprouver et s’entendre mieux. Son chemin de danseuse enrichira cette lecture du corps en mouvement, entre geste, langage, intention et symbolique. Elle développe un "mixte" : une thérapie psychocorporelle et pratique également les arts martiaux.
Elle a fondé  avec Marc Béranger l’Académie Aurore France Aquitaine, autour des préceptes de la pédagogie initiatique.