sommaire


Une odyssée vers la Beauté
par Emmanuelle Métrailler

La Beauté, comme je l’entends, doit se puiser dans un monde plus subtil, un monde que les plus inspirés des philosophes ont appelé le monde imaginal. Celui-ci est comme le corps subtil et lumineux de l’Âme du Monde où prennent racines et semences les plus beaux paysages du Cosmos, son ordre et son plus beau Sens. Il est aussi celui de nos corps subtils ou de nos imaginations créatrices où nous pouvons puiser nos inspirations les plus divines et créer des œuvres qui peuvent embellir le monde, les âmes et nos vies.
Pour le dire autrement, l’artiste est pour moi comme la synthèse entre les différentes fonctions de l’âme humaine. En effet, celle-ci reçoit une intuition puis, en y mettant toute sa ferveur, la réalise dans la matière, dans l’écriture, dans une portée musicale, dans un geste ou un sourire. Cette œuvre, dans la matière ou dans la vie, pour que nous puissions la nommer belle, doit avoir une valeur symbolique et doit être porteuse de Sens. Elle doit puiser ainsi et immanquablement une signification dans un monde hiérarchiquement supérieur, dans ce que nous désignons volontiers comme le monde de notre Ange ou de notre Idéal.

Docteur en philosophie, arboricultrice, artiste, pédagogue et responsable du Domaine de la Gîte à Saxon (Valais).