sommaire


Les livres qui ont changé ma vie
« Peu de livres changent une vie. Quand ils la changent, c’est pour toujours, des portes s’ouvrent que l’on ne soupçonnait pas, on entre et on ne reviendra plus en arrière. »  - Christian Bobin

Sensei Joshin Bachoux
Après sa découverte du zen, Joshin Sensei a passé plusieurs années au Japon dans un temple dirigé par Maître Moriyama. Après avoir reçu l’ordination monastique en 1986, et le Sceau de la Transmission en 1990, elle est revenue en France pour y enseigner la Voie du Bouddha.

Adolescente, entre quatorze et dix-sept ans, j’ai beaucoup, beaucoup lu, sans doute pour échapper à des situations familiales difficiles. Deux livres ont laissé des traces et ont été formateurs. On m’avait offert le premier, paru dans la belle collection Terre Humaine, dont j’ai dévoré ensuite tous les livres : Louons maintenant les grands hommes, de l’écrivain américain James Agee, avec des photographies de Walker Evans. Ce livre a été une révélation car il décrit la vie des fermiers du sud des États-Unis, dans les années quarante, ces « petits Blancs » pauvres, au bord de la misère, dont ils nous montrent les corps, la détresse, avec poésie et respect. Le contraste entre le récit, les photos et le titre m’a impressionnée et fait envisager un monde où la grandeur ne serait pas là où on me l’avait appris, dans l’argent ou la réussite sociale. Dans ma famille, un peu bourgeoise, les grands hommes étaient les riches et les puissants. J’ai été impressionnée car ce livre me montrait le monde sous un autre éclairage : ces hommes et ces femmes dépenaillés, vivant dans la misère, étaient considérés comme de « grands hommes ».