sommaire


L’urgence d’aimer
C’est l’homme qu’il faut changer
Philippe Maillard


Philippe Maillard (1920-2013) fut brièvement avocat avant d’entrer dans l’ordre de saint Dominique. Ayant toujours souhaité vivre au milieu des pauvres, il fonde en 1978 la Communauté du 28 de la rue de Wattignies, à Lille-Moulins, qu’il animera jusqu’à sa mort. C’est là, comme à la prison de Loos-les-Lille où il fut longtemps aumônier, qu’il accueille et écoute les marginaux et les sans abri et leur dit des mots de fraternité.

Marie Laure,
Aujourd’hui, ta longue lettre, et derrière les mots, ton jeune visage bouleversé par ta question lancinante : pourquoi, ce monde, avec la souffrance des petits, dans l’indifférence des privilégiés, le ricanement des profiteurs ? Pourquoi la vie, sous la menace du chômage, de la violence et du sida ? Notre impuissance à faire face à la détresse des sans voix ?
C’est un vieil homme qui prend la plume pour te répondre, tandis que le silence tombe avec la nuit sur mon pauvre quartier. Les mots que j’emploierai sont peut-être abîmés par l’usage, mais habités par l’épaisseur d’une vie où j’ai tenté de faire face au jour le jour. Ce sont des mots pleins de rires et de larmes, des mots d’un bleu mille fois lavé...