sommaire


L’expérience de la haute montagne, un état d’alerte intérieur
Entretien avec Lionel Daudet

Considéré comme l’un des meilleurs alpinistes en solitaire, Lionel Daudet, dit « Dod », est aussi écrivain et photographe. Autonome et exigeant, il gagne des sommets par des voies directes sans assistance technique ni mécanique. Un surdoué de l'odyssée verticale qui recherche l'aventure intérieure avant l'exploit sportif.

Qu’est-ce qui s’endort parfois en nous ? Qu’est-ce qui peut nous réveiller ?

C’est notre vie qui s’endort en nous… L’alpiniste, par le fait qu’il vit des aventures extrêmes, peut réveiller en lui ce sentiment d’être vivant. Il aime l’inconnu et lui fait confiance. Pour moi, l’aventure en montagne est une épreuve de vérité, une occasion de vivre un enracinement dans le réel.

Pourquoi la montagne permet-elle ce réveil ?  Qu’a-t-elle de si singulier ?

La montagne est un miroir, un face-à-face avec soi. Il n’y a plus de tricherie. Quand je suis sur une paroi, suspendu dans l’immensité, les faux-semblants du monde s’écroulent et la réalité de la vie me saute au visage. Dans cet espace de silence et de solitude exacerbée, tous les cordons ombilicaux avec la civilisation sont coupés. Je me sens profondément connecté à la Nature. Je me recentre sur un essentiel et je prends conscience de ma petitesse. Il m’arrive parfois de ressentir une joie qui me dépasse.
Ce qui s’endort en nous, au fil des années, c’est aussi cette capacité d’émerveillement, de rêve, d’innocence de l’enfant, comme une rouille  qui attaque le fer.