sommaire


Réveil et vie communautaire
par Margalida Reus


Née en Espagne, Margalida Reus a rejoint en 1982 la communauté de l’Arche de Lanza del Vasto à Bonnecombe, dans l’Aveyron. En 1987, elle part, avec son mari et ses enfants, pour fonder la communauté de Saint Antoine l’Abbaye, dans le Vercors, avec onze autres adultes et onze enfants, où elle vit toujours. Au cours des vingt-cinq dernières années, elle a travaillé dans le sens de la reconstruction de la personne par des accompagnements personnels et des conférences.

Un jour, le réveil…

Quand le réveil commence-t-il ?
Est-ce que nous nous réveillons d’un coup, en ouvrant grand nos deux yeux ?
Ou bien est-ce un état progressif, qui s’installe petit à petit ?
Chacun de nous peut donner une réponse différente à ces questions, chacun vit son propre chemin de transformation intérieure, mais chaque chemin a commencé d’abord par ce temps entre deux temps, ce temps où nos yeux, peut-être encore ensommeillés,   se sont ouverts différemment à la vie.
À un moment donné, nous nous rendons compte que ce qui avait été bon et suffisant jusqu’alors ne l’est plus. Notre vie quotidienne, notre zone de confort, devient étroite, étouffante. Nous avons besoin de plus, nous avons besoin d’un changement profond, nous avons surtout besoin de retrouver le sens de ce que nous vivons. Nous sommes en manque de sens et de désir.
Pour certains d’entre nous, ce manque dans notre vie, ce désir (ou cet appel) de « plus », nous a amenés à tout quitter : travail, amis, pays… pour nous confronter à une expérience totalement nouvelle, l’expérience d’une vie communautaire.