sommaire


Un trait d’union entre amour et service
Entretien avec Mathieu Labonne
par Nathalie Calmé


Ingénieur Supaéro, ancien chercheur au CNRS sur le climat et expert sur les questions liées au carbone, Mathieu Labonne, âgé de 32 ans, coordonne la Ferme du Plessis / Centre Amma, en Eure-et-Loir, ainsi que la création d'un écohameau. Depuis novembre 2014, il est aussi le directeur du Mouvement Colibris, fondé par Pierre Rabhi.

Quelles sont les principales leçons spirituelles que vous avez apprises au Centre Amma ?

Les apprentissages sont à la fois subtils et concrets. Le principal enseignement a été de reconnaître des processus d’identification à l’ego, son fonctionnement et d’apprendre à ne pas me « décentrer ». Amma aime à rappeler que « là où il y a l’amour, tout se fait sans effort ». Inspiré par son attitude, j’ai compris l’importance de la présence et de la vigilance. Par exemple, concernant la gestion de l’argent. Au Centre, chaque euro compte et Amma nous demande une gestion très rigoureuse. Ainsi, nous comptons les heures de bénévolat, le nombre de kilos de légumes qui sortent du jardin, chaque don en nature... Elle nous enseigne que la spiritualité peut se résumer au seul mot de shraddha, « la présence vigilante », qui se manifeste d’abord dans les petits choses du quotidien. Cette démarche, j’essaie de la mettre en pratique dans les différents aspects de ma vie. L’exigence permet de transformer une action en pratique spirituelle, et je pense que c’est une voie particulièrement adaptée au monde dans lequel nous vivons.