LA GRANDE LOGE NATIONALE FRANÇAISE


coordonnées


G.L.N.F.
12 rue Christine de Pisan
75017 Paris
France
Téléphone
01 44 15 86 20
http://www.glnf.fr


La G.L.N.F. s’inscrit pleinement dans le droit fil de la Maçonnerie Traditionnelle, celle des Anciens Devoirs, c’est-à-dire dans un projet à vocation exclusivement initiatique.
Comme toutes les Obédiences régulières et reconnues, la G.L.N.F. respecte ainsi la liberté de conscience et d’action de ses membres dans le monde, car son seul dessein est d’offrir un cadre pour la réalisation spirituelle individuelle de chacun de ceux qui viennent librement s’y initier.
À ce titre, elle ne peut être confondue avec une école philosophique ou une doctrine religieuse, dont elle est radicalement différente. Elle n’exprime aucune opinion politique et ne se prononce pas sur les sujets de société. Mais elle est d'essence spirituelle en ce qu’elle postule une transcendance au-delà des réalités humaines.

La G.L.N.F. n’accorde aucune primauté à un Rite particulier.
Au contraire, la pluralité des rituels pratiqués en son sein est une inestimable richesse ; chaque Frère peut ainsi trouver une voie de réalisation qui correspond à sa trajectoire personnelle.
De plus, cette diversité révèle l’essence du processus initiatique pour peu que l’on dépasse les différences pour trouver en quoi, avec leur génie propre et leur tempérament particulier, les rituels sont chacun porteurs du même message : le perfectionnement de soi-même, lequel contribuera au perfectionnement de l’humanité.

La fraternité initiatique, c’est le renoncement partagé à toute emprise abusive des certitudes, les siennes, celles des autres.
La fraternité initiatique se construit parce que les Frères ont en commun la recherche du sens que peut prendre l’existence à la lumière de leur travail, un travail fait à la Gloire de Dieu, Grand Architecte de l’Univers. L’amour fraternel est avant tout une solidarité spirituelle par le partage d’une démarche faite d’exigences et de cœur, partage entre des hommes qui ne se seraient vraisemblablement jamais rencontrés s’ils n’étaient devenus Maçons.

Les Francs-Maçons de cette obédience « ne doivent admettre dans leurs loges que des hommes majeurs, de réputation parfaite, gens d’honneur, loyaux et discrets, dignes en tous points d’être leurs frères et aptes à reconnaître les bornes du domaine de l’homme et l’infinie puissance de l’Éternel. »

 

Nouvelle recherche