INSTITUT TIBÉTAIN


coordonnées


Nous écrire

Institut Yeunten Ling
Château du Fond l’Evêque, 4 promenade Saint Jean l’Agneau
4500 Huy
Belgique 
Téléphone
00 32 (0)85 27 11 88


Institut Nalanda
Rue de l’Orme 50
1030 Bruxelles
Belgique 
Téléphone
00 32 (0)2 675 38 05


Institut Tibétain

 
France

http://www.institut-tibetain.org


Cet institut regroupe plusieurs structures qui œuvrent à faire connaître le bouddhisme tibétain en Belgique et aux Pays-Bas : l’Institut Yeunten Ling, à Huy, l’Institut Nalanda, à Bruxelles, l’Institut Naropa, à Cadzand, et l’Institut tibétain, à Schoten.

Les instituts appartiennent à l’école Kagyu, l’une des quatre écoles du bouddhisme tibétain. C’est le Vénérable Lama Karta qui assume la direction spirituelle des instituts, depuis le décès de Lama Ogyen, en 1990. Lama Zeupa et Lama Tashi Nyima l’assistent dans ce travail. Tous les trois, formés par Kalou Rinpoché, administrent l’élaboration de l’enseignement, sa transmission, ainsi que l’accompagnement des différents cours et rituels.

Lama Karta est une figure emblématique et reconnue du bouddhisme en Belgique, où il réside depuis 1987. « Le Vénérable Lama Karta passe difficilement inaperçu tant sa présence marque ses interlocuteurs. Il donne des cours de bouddhisme dans plusieurs pays d’Europe et a écrit plusieurs livres sur le bouddhisme, dont "Introduction au bouddhisme", qui mérite d’être lu par toutes les familles, au moins pour l’expliquer aux jeunes particulièrement interpelés par le Bouddha. On rencontre également le Lama Karta dans des églises, comme l’église des Minimes à Bruxelles, pour des concerts de chants mystiques. Son CD Buddhist Meditation Songs a connu une distribution mondiale. »

L’Institut tibétain présente ainsi sa vision du bouddhisme et le rôle du lama dans la vie sociale occidentale : « Le bouddhisme n’est pas une théorie ; l’intention est de changer quelque chose, sur le terrain, dans les relations humaines ou dans le comportement de quelqu’un. Un lama sera présent si vous faites appel à lui, mais il ne s’impose pas. Si en Belgique leur présence est importante, c’est bien parce que des personnes ont voulu leur donner de l’espace et non point par volonté de conquête de leur part. Sans doute aussi parce que c’était le bon moment pour la rencontre entre l’Orient et l’Occident et parce que la non-violence absolue prônée par le bouddhisme répond plus que jamais aux aspirations de nos concitoyens. »

__


Pour découvrir toutes les actualités du centre, cliquez ici.

 

Nouvelle recherche