COMMUNAUTÉ MONDIALE DES MÉDITANTS CHRÉTIENS


coordonnées


Nous écrire

Dominique Lablanche
126 rue Pelleport
75020 Paris
France
Téléphone
01 40 31 89 73
http://www.wccm.fr
http://www.wccm.org


But :
Transmettre la pratique de la méditation selon l’enseignement de John Main, dans la fidélité à la tradition chrétienne, au service de l’unité de tous.
Fondateur : John Main, moine bénédictin, † 1982.
Directeur spirituel : Laurence Freeman, moine bénédictin.

La méditation est une prière contemplative silencieuse qui vise à dépasser les mots, les pensées et les images pour demeurer en présence de Dieu au-dedans de soi, et laisser cette présence nous transformer, nous guérir, en un mot pour être et naître à l’esprit.
Ce n’est pas une technique mais un mode de vie. « Tel que tu pries, tu vis », disaient les premiers chrétiens. John Main (1926-1982), moine bénédictin, pensait que chaque être humain est appelé à la vie contemplative et en est capable. Son génie est d’avoir offert, ou plutôt restitué, aux hommes et aux femmes stressés d’aujourd’hui un moyen très simple de s’engager sur ce chemin : la pratique du mantra ou répétition d’une « formule » dont il repère la présence, dès les tout débuts de la tradition chrétienne, dans l’enseignement des Pères du désert, et de Jean Cassien, en particulier, sur la « prière pure ».
Le signe tangible de cette vision est le groupe de méditation. La plupart sont animés par des laïcs. Même si le lien avec la famille bénédictine est valorisé, ces groupes sont par essence œcuméniques.
Main John
Irlandais et catholique, John Main (1926-1982) est jeune diplomate en Malaisie lorsqu’il a une première expérience de la méditation avec un moine hindou. En 1959, il entre à l’abbaye bénédictine de Ealing, à Londres, où il est ordonné prêtre en 1963. En 1973, il découvre le livre du moine bénédictin Augustin Baker. Ce dernier fait mention des écrits de Jean Cassien, moine du désert (365-425). Jean Cassien avait quitté son monastère de Bethléem pour se rendre au désert afin de rencontrer les moines qui vivaient en silence, avec la pauvreté d’un seul mot ou d’une seule formule. John Main retrouve dans la tradition chrétienne la forme de méditation qu’il a pratiquée avant d’entrer chez les bénédictins. John Main veut alors offrir à tous cette forme de prière silencieuse. Il obtient la permission du monastère de créer une petite communauté laïque où la pratique quotidienne de la méditation serait partie prenante de sa vie. À sa mort, en 1982, l’un de ses disciples, Laurence Freeman osb, prend la relève pour diffuser l’enseignement.

__


Pour découvrir toutes les actualités du centre, cliquez ici.

 

Nouvelle recherche