CENTRE DE PAIMBLEAU


ACCOMPAGNEMENT, FORMATION

coordonnées


Nous écrire

Pierre Philippon
Paimbleau B.P. 18
26270 Saulce-sur-Rhône
France
Téléphone
04 75 63 21 83

paimbleau@orange.fr


Le travail proposé au Centre de Paimbleau s’enracine principalement dans le Zen, l’enseignement de Graf Dürckheim et la psychologie des profondeurs de Jung.
Pierre Philippon (Butsu’un-ken) en est le fondateur et l’animateur. Enseignant de l’école zen Sanbô Kyôdan, et professeur de Jeu de Gestes Initiatiques selon la méthode Silvia Ostertag, il a été coresponsable du Centre Dürckheim pendant treize ans.

Paimbleau organise durant toute l’année des activités spirituelles et corporelles (comme des retraites en silence pour la pratique intensive du zazen, les sesshin).
Ce lieu aspire à harmoniser d’une manière créative la rigueur nécessaire à toute pratique tendue vers la connaissance de soi et une approche ludique du cheminement de maturation personnelle. Certains stages sont co-animés avec des intervenants spécialisés dans des approches variées telles que les constellations familiales, le Yi Jing (le Livre des Changements de la sagesse chinoise), le travail du clown, Ta Ke Ti Na (travail du rythme), etc.

Voici ce que Pierre Philippon dit de l’accompagnement spirituel qu’il propose, en groupes et en rencontres individuelles :
« L’accompagnement suppose une présence vigilante, attentive, et adaptée à la situation d’accompagnement. Le cultivateur accompagne de son attention quotidienne ce qu’il cultive, mais ce n’est pas lui qui fait mûrir ce qu’il cultive ; le mûrissement ne lui appartient pas. L’accompagnement invite donc à la responsabilité, à la disponibilité, et à l’humilité. Dans accompagnement il y a le mot compagnon ; un compagnon c’est celui avec qui on partage le pain. Dans un processus d’accompagnement les deux sont compagnons, les deux sont dans un partage. L’accompagnement engendre donc le respect et la reconnaissance réciproques. »
Philippon Pierre

Pierre Philippon (Butsu’un-ken) est maître zen de l’école Sanbô Zen International (Kamakura, Japon), qui fut fondée en 1954 par Seisaku Yasutani, successeur de Daiun Sogaku Harada. L’école emploie les méthodes classiques du Zen Soto et du Zen Rinzai. Pendant treize ans, de 1987 à 1999, Pierre Philippon a été coresponsable du Centre Dürkcheim situé dans la Drôme. En 2000, il fonde le Centre d’accompagnement de Paimbleau, où il propose des stages, séminaires et rencontres.

L’enseignement qu’il met à la disposition de ceux qui le désirent s’appuie sur le bouddhisme Zen, l’enseignement de Graf Dürckheim et la psychologie des profondeurs de Carl Gustav Jung. Cette diversité permet à Pierre Philippon d’avoir une véritable capacité d’adaptation aux situations personnelles des visiteurs du Centre.

Accompagnement…
Depuis plus de trente ans, j’accompagne des personnes qui traversent des épreuves (deuil, séparation, maladie), qui sont en quête de sens, de calme, de mieux-être, ou qui aspirent à suivre un chemin de maturation spirituelle. Sur mon propre chemin, l’enseignement de Karlfried Graf Dürckheim et un travail analytique par la parole, le geste et l’écoute des rêves ont tenu une place importante. J’ai été aussi profondément nourri du bon pain que j’ai reçu du Zen traditionnel avec l’accompagnement de Silvia Ostertag, Rin’un Roshi, puis de Masamichi Yamada, Ryo’un Roshi, ce Zen pur et vivifiant tel qu’il apparaît en particulier dans les Koans, ces « cas du zen » qui témoignent de l’expérience spirituelle à laquelle le Koan, en tant que pratique, donne accès.

Qui accompagne qui dans un accompagnement ?
Dans l’art lyrique, le soliste qui chante au devant de la scène est accompagné par un pianiste, un peu en arrière-plan. Celui qui accompagne n’est donc pas là pour se mettre en avant. Mais s’il est distrait, s’il presse un peu le tempo, ou s’il ralentit, alors le soliste n’est pas à son aise et l’oeuvre interprétée n’est plus aussi pure.
L’accompagnement suppose donc une présence vigilante, attentive, et adaptée à la situation
d’accompagnement. Le cultivateur accompagne de son attention quotidienne ce qu’il cultive, mais ce n’est pas lui qui fait mûrir ce qu’il cultive ; le mûrissement ne lui appartient pas.
L’accompagnement invite donc à la responsabilité, à la disponibilité, et à l’humilité.
Dans « accompagnement » il y a le mot « compagnon » ; un « compagnon » c’est celui avec qui on partage le pain. Dans un compagnons, les deux sont dans un partage. L’accompagnement engendre donc le respect et la reconnaissance réciproques.

Où est conduit celui qui est accompagné sur un chemin de maturation ?

À lui-même. Il s’agit de réaliser qui l’on est, et l’accompagnant met son expérience au service de ce processus que personne ne peut ni forcer, ni imposer, ni accomplir à la place de celui qui est accompagné.
Être accompagné ponctuellement dans un stage a pour sens de devenir un bon compagnon de vie pour soi-même, et de continuer à s’accompagner, à se prendre en charge soimême pour ne pas interrompre la « roue de la transformation ».

Comment se passe l’accompagnement à Paimbleau ?
C’est un accompagnement qui s’appuie sur « la pratique de pratiques », en groupe et en
rencontres individuelles.

Quelles sont les pratiques proposées ?
Zazen
Être assis, dans une immobilité vigilante et silencieuse, et ainsi cheminer sur le chemin de l’éveil. Zazen se pratique à chaque stage.
Le Jeu de Gestes Initiatique selon Silvia Ostertag®
Fondée sur des gestes primordiaux, cette pratique a été élaborée et développée par Silvia Ostertag. C’est un exercice de purification et de conscientisation dans lequel nous sommes confrontés à nos habitudes négatives, à nos patterns de comportement qui étouffent l’expression pure, intime, unique de notre être profond.
Il nous offre la chance de reconnaître notre ombre. Il permet à notre créativité de se libérer. Il réunit la dimension artistique et l’effet thérapeutique.
Le travail du corps
Le travail corporel est la chance de quitter le point de vue selon lequel le corps ne serait qu’un outil au service du moi. L’expérience vécue dans cette pratique permet d’intégrer le fait que nous sommes notre corps et qu’un travail corporel est un travail de la personne entière.

À ces pratiques de base s’ajoutent celles proposées par les collaborateurs invités à Paimbleau.

Je serai heureux de vous accompagner lors de votre venue à Paimbleau, de partager mon expérience et de la mettre au service de votre propre cheminement.
Pierre Philippon

 

Nouvelle recherche